Il y’a deux mille ans, les premiers bouddhistes mirent sur pied une technique d’éveil spirituel dénommé Sati. En langage Pali, ce vocable renvoie à la conscience, à l’attention, au fait de ressentir les événements avec clarté.

Aujourd’hui, le terme Sati a peu à peu laissé place à l’expression “pleine conscience”. De plus en plus populaire, cette forme de méditation séduit par son accessibilité, l’absence d’effets secondaires mais surtout ces incroyables bienfaits.

Méditer permet d’améliorer les facultés intellectuelles (mémoire, concentration, etc.), d’éliminer certaines douleurs mais aussi de réduire les troubles cardio-vasculaires. Faits avérés ou simples ragots ? La science se penche sur cette énigme.

 

1) La méditation pleine conscience réduit considérablement le stress

En 2014, une équipe de haut-vol menée par le Dr. Kevin W. Chen a analysé plus de 1 000 études portant sur les effets de la méditation sur les troubles de l’anxiété.

Parues dans le magazine scientifique Depression & Anxiety, leurs conclusions ne laissent plus de place au doute… Quand vient le moment de réduire les symptômes du stress, les pratiques méditatives donnent des résultats époustouflants.

Pour la communauté scientifique, cela ne fut pas surprenant. En effet, cette hypothèse a déjà été validée par de nombreux travaux. Au cours de la même année, Filip Raes et al. (2014) avait constaté qu’au sein d’une population de 400 jeunes âgés entre 13 et 20 ans, ceux s’adonnant à de la méditation pleine conscience étaient moins susceptibles de faire des dépressions.

D’autres études tendent à pointer vers la même conclusion telle que celle menée en Inde par le Dr. Amit Mohan,pointent vers cette même conclusion. Si vous vous demandez pourquoi vous devriez vous adonner à la méditation pleine conscience, jetez donc un coup d’œil à ces articles…
 

2) La méditation pleine conscience améliore les fonctions cognitives

C’est du moins ce que laisse penser l’étude menée par des chercheurs d’Harvard sur 40 volontaires. Ces derniers ont été scindés en deux clans : le premier a suivi un programme de méditation pleine conscience de huit semaines tandis que le second faisait office de groupe témoin.

Au bout des deux mois, les chercheurs ont réalisé des scanners cérébraux de tous les individus. À leur grande surprise, ils ont constaté que la quantité de matière grise des pratiquants de méditation pleine conscience avait significativement augmenté.

Cette poussée de croissance était particulièrement notable dans les zones dédiées à la rétention d’informations, l’assimilation de concepts et la gestion des émotions.

Ces résultats coïncident avec ceux obtenus par l’Université de Californie quelques années plus tôt. Katherine A. MacLean et son équipe avait prouvé que la pratique régulière de la méditation pleine conscience permettait de mieux réaliser des tâches répétitives.

Pour les personnes désireuses de se concentrer plus aisément ou de retenir plus d’informations, la méditation pleine conscience est une alternative à envisager sérieusement.
 

3) La méditation pleine conscience améliore la résistance à la douleur

À coup sûr, vous avez déjà regardé la vidéo d’un yogi marchant sur des braises ardentes sans froncer ne serait-ce qu’un sourcil… Très loin d’être un superhéros, cet homme a juste réussi à élever sa résistance à la douleur en méditant très régulièrement.

Sceptique ? En 2006, les chercheurs de l’Université de Californie ont prouvé que les personnes qui méditent fréquemment sont en moyenne 40 à 50 % plus résistantes à la douleur que celles qui ne le font pas.

Qui aurait pu penser que prendre du soi permettrait de devenir plus fort mentalement et physiquement ?
 

4) La méditation pleine conscience est excellente pour le cœur

Il aura fallu cinq ans à l’équipe du Dr. Schneider pour parvenir à cette conclusion… Pendant cette demi-décennie, son équipe et lui ont suivi 200 personnes à risques cardiovasculaires dont une moitié s’adonnait à un régime et à de l’exercice, et l’autre moitié pratiquait des séances de méditation pleine conscience.

En favorisant la baisse de la pression artérielle, la méditation a permis aux membres du second groupe de réduire leurs risques de crises cardiaques et d’AVC de 48 %. Une excellente nouvelle pour les personnes désireuses de prendre soin de leur système cardiaque. En méditant 30 minutes par jour, votre cœur reprend du poil de la bête et vos vaisseaux sanguins assurent leurs fonctions vitales comme jamais.
 

5) La méditation pleine conscience renforce le système immunitaire

Saviez-vous que le stress induisait une inflammation chronique des tissus ? C’est donc tout naturellement qu’en abaissant votre anxiété, votre système immunitaire se retrouve renforcée.

En comparaison d’autres pratiques holistiques à l’instar de la musicothérapie ou de l’éducation alimentaire, la méditation est celle qui réduit le plus les symptômes inflammatoires. C’est du moins le résultat d’une étude menée en 2012 par une université américaine.

Autre fait avéré : la méditation pleine conscience influe sur l’expression des gènes à l’origine des mécanismes de défense, permettant ainsi au corps de se rétablir plus rapidement. Cette découverte de Jill Sakai a prouvé, s’il le fallait encore, qu’il n’y a que des avantages à s’adonner à la méditation pleine conscience.

 

Et vous ? Qu’attendez-vous pour faire vos premiers pas dans le monde merveilleux de la méditation pleine conscience ?
Vous souhaitez tester une séance ? Vous pouvez me joindre au 06 75 69 99 56