Sophrologie & après-confinement

Mis en place pour protéger la population de la pandémie de Covid 19, le confinement prendra fin progressivement à partir du 11 mai. Cette première étape fait suite à 55 jours de confinement de millions d’individus. Un confinement plus ou moins supportable selon les conditions de vie de chacun. En effet, il est plus aisé de rester confiné dans une maison disposant d’un espace suffisant pour chacun et d’un terrain pour pouvoir se dégourdir les jambes, plutôt que dans un appartement étriqué où cohabitent plusieurs personnes. Le fait est que tout le monde doit composer avec cet état de fait et s’en sort plus ou moins bien sur un plan psychologique. Que faire si le confinement provoque peur, stress et angoisse excessifs ?  Comment appréhender l’après-confinement avec sérénité ?

Et si la sophrologie apportait quelques réponses ? Faisons le point sur la situation !

 

Les effets de l’enfermement sur l’individu

L’expansion de la pandémie de Covid 19 est déjà un fait stressant et angoissant pour les individus. A la peur de contracter la maladie s’ajoute celle de contaminer ses proches ou de se trouver à proximité de personnes inconnues. La nécessité de se protéger, sans en avoir forcément les moyens est un autre point d’inquiétude.

A toutes ces considérations, il faut ajouter le fait de devoir rester chez soi, avec peu de possibilités de sortir. Le confinement a été mis en place par le gouvernement depuis le 17 mars 2020 et s’est prolongé plus de 4 semaines. De nombreux spécialistes de la santé mentale ont alors sonné le signal d’alarme. Le confinement exerce bel et bien un impact sur la santé mentale d’un grand nombre de personnes.
La perte de repères, le chômage forcé, l’enfermement, la solitude, le fait de vivre à plusieurs sans espace vital sont autant de situations qui peuvent causer des troubles psychologiques chez les personnes fragiles ou isolées, et même chez des personnes ne présentant aucun facteur de risques.

Crises d’angoisse, colère, états dépressifs, majoration des addictions, décompensations psychiques sont quelques manifestations des effets de l’enfermement chez certains.   

Les spécialistes mettent en avant le fait que 5 à 15 % de la population est susceptible de développer des symptômes associés au confinement.

L’insécurité constante, le fait d’avoir été malade, de souffrir de violences domestiques peuvent avoir un effet dévastateur sur la santé mentale. Certains peuvent même développer des signes de syndrome de stress post-traumatique, selon certains psychiatres, dans ce contexte. Ce trouble peut se manifester par des cauchemars, des terreurs nocturnes, un sentiments d’insécurité ou des représentations mentales effrayantes.

Il est donc primordial de travailler sur le lâcher-prise, le relâchement, ainsi que la détente musculaire et mentale, afin de faire baisser la pression, au cours de cette période difficile.

 

Agir pendant la crise

Que vous soyez un parent débordé par le suivi scolaire de ses enfants et la gestion du télétravail au quotidien, un étudiant isolé ou que vous ne supportiez plus l’inactivité causée par l’obligation de confinement, vous avez la possibilité de vous tourner vers la sophrologie.

La sophrologie est une discipline qui peut vous venir en aide si vous ressentez des signes de stress, d’anxiété ou de dépression. En effet, cette discipline met en jeu des techniques de relaxation, des exercices de visualisation et de respiration afin de retrouver bien-être, sérénité et relâchement (qu’il soit musculaire ou mental).

Les bienfaits de la sophrologie sont multiples. Les exercices peuvent vous aider à mieux vivre en cas de dépression, de lutter contre le stress et l’angoisse, d’améliorer votre concentration ou votre mémoire, de mieux respirer…

Pratiquer des exercices de sophrologie, en complément d’une prise en charge médicale et/ psychologique peut vous aider lorsque vous sentez en difficulté pendant le confinement.

 

L’après-confinement : se tourner vers la sophrologie 

La fin du confinement se profile et pourtant… De nombreuses questions restent sans réponses.
La maladie n’est pas endiguée. Les possibilités de contamination restent présentes, même si l’on prend des précautions nécessaires (port de gants et de masques, lavage de main fréquent).
Les conditions de reprise du travail et de l’école pour les enfants sont précisées, mais laissent la porte ouverte à de nombreuses autres interrogations. Les sources d’angoisse restent donc présentes.

Pour mieux appréhender cette période incertaine, vous avez la possibilité de vous tourner vers la sophrologie.

Vous pouvez, par exemple, vous exercer à pratiquer des exercices de visualisation positive.

Au cours de cet exercice vous devez vous évertuer à projeter des images positives mentalement. Vous vous débarrassez, par la même occasion, des sentiments négatifs.

Pour réussir à mettre en scène des images positives ou une issue positive à une situation difficile, vous devez vous appuyer sur une souvenir heureux ou un événement positif que vous imaginez. Il faut associer mentalement ces images à des impressions ou sensations de bien-être, afin de renforcer les bienfaits de cette technique.

La visualisation positive est particulièrement adaptée pour aborder l’après-confinement de manière plus sereine.  

Les sophrologues l’associent généralement à des exercices de respiration et de relaxation. Un professionnel saura donc vous guider, afin que vous pratiquiez correctement cet exercice.

 

Préparer la fin du confinement en consultant

Saviez-vous qu’il est possible de bénéficier de séances de sophrologie à domicile, sans vous déplacer ?
En effet, de nombreux sophrologues pratiquent les téléconsultations. Il s’agit de consultations dispensées par visioconférence. Une manière pratique de mettre à contribution votre matériel informatique.
Si vous présentez des troubles psychologiques sévères, il est conseillé de consulter un médecin, au préalable, ainsi qu’un psychanalyste ou un psychiatre, si cela s’avère nécessaire.
N’attendez pas, ne minimisez pas les signes et prenez soin de vous, car votre santé mentale est aussi importante que votre santé physique.

L’après-confinement se prépare en amont. Si vous vous sentez stressé, angoissé, que vous avez des difficultés à supporter le confinement ou que la reprise de travail vous empêche de dormir, il ne faut pas hésiter à consulter un sophrologue. Privilégiez un professionnel formé à cette pratique, afin de bénéficier de soins de qualité.

Vous pouvez également prendre rendez-vous après le 11 mai pour suivre des séances en cabinet, afin de vous préparer à appréhender la reprise de la vie quotidienne plus sereinement.